Week-end chez les Karens

                Me voilà tout juste revenue d’un week-end passé dans un village Karen. Le prêtre responsable du foyer de Maepon m’a présenté à sa famille et j’y suis restée 3 jours. Quand nous sommes enfin arrivés, après 7h de trajet, le père m’invite à m’assoir avec ses parents et me dit : « simple life ». Il m’a dit cela car ils vivent dans des conditions autres que celles que je connais au foyer… Une seule pièce pour vivre, où la famille se réuni pour manger, cuisiner, se reposer et il s’agit aussi de la chambre des parents. Sa famille nous avait attendus pour le repas du soir, que nous avions déjà pris en route, et c’est partie pour un deuxième repas du soir ! Les karens accueillent leurs hôtes avec de la nourriture, si je passe dans plusieurs familles la même journée, j’aurai droit à autant de repas que de familles visitées, peu importe l’heure de la visite ! Nous nous sommes alors installés par terre en cercle, les plats au centre et chacun se sert. Nous avons toujours une assiette remplis de riz et nous nous servons du reste.

            Les parents du père ont travaillé toute leur vie dans les champs et sont aujourd’hui à la retraite. La retraite n’a rien à voir avec celle que nous connaissons, ils sont à la retraite car ils ne sont plus en capacité de travailler dans les champs, ce sont donc leurs enfants, ceux qui sont devenus fermiers, qui leur apportent la nourriture pour vivre.

            Ils vivent dans une maison en bois construite en hauteur pour éviter que l’eau les inonde pendant la saison des pluies. Il n’y a pas de murs, ils peuvent donc discuter avec leurs voisins sans se déplacer ! Leur toit est fait avec des grandes feuilles d’arbres et le sol en bambous, ce qui empêche la chaleur de les assaillir en saison sèche. Sinon les autres constructions sont en tôles et même en saison des pluies, saison la plus froide, il fait très chaud à l’intérieur, je le sais j’ai dormi dans une chambre avec un toit en tôle ! Heureusement j’avais un ventilateur. Leur condition de vie ressemble beaucoup à celle que j’ai connue lors de mon séjour au Kenya avec les Masaaï, à la différence que les Karens ont l’électricité. 

            Lors des repas, j’ai eu droit de gouter à différentes choses encore jamais vu dans mon assiette ! Alors que nous mangions, le père me sert quelque chose et me dit de gouter… Je fais, puis il me demande si je connais cette nourriture, je lui réponds que non et il m’annonce que je suis en train de manger des abeilles !!! Et voilà comment j’ai mangé mes premiers insectes !!! En effet en regardant de plus près, j’ai vu qu’il y avait encore les ailes ! Ça n’avait pas trop de gout, mise à part la sauce qui les accompagnées et qui était plutôt bonne. Mais j’avoue que je n’avais pas trop envie d’en reprendre !

            En rentrant au foyer, au moment du repas du soir, les sœurs, avec qui je mange régulièrement, me proposent de manger des vers !!!!! Là j’ai refusé, c’était au-dessus de mes forces, juste des vers grillés, sans sauce… je n’ai pas pu ! Enfin même avec sauce je crois que j’aurai dit non !!

            Sur ces paroles je vais vous laisser, j’ai mes cours d’anglais à préparer, demain mes élèves ont des examens et on m’a demandé de leur en préparer un en anglais !!! Après ça ils seront en vacances pendant un mois. A bientôt.

Publié dans : Non classé |le 29 septembre, 2012 |4 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 30 septembre 2012 à 21 h 14 min aurelie écrit:

    supers expéricences!! bon, les insectes tu peux commencer à t’y mettre tout doucement….on sait qu’on y passera tous à un moment donné!!! il parait d’ailleurs que c’est meilleur au niveau quantité de protéine que la viande qu’on mange actuellement. puis dis toi, que nous on mange culturellement des crevettes, des escargots, des cuisses de grenouille!! c’est pas mieux!!! ceci dit j’ai pas encore gouté les sauterelles, abeilles et vers….je te laisse le soins de gouter en avant première. bisous à toi

    Répondre

    • le 5 octobre 2012 à 16 h 36 min paulinethailande écrit:

      coucou Aurélie, c’est vrai qu’il parait qu’il y a pas mal de proteines…mais bon je peux les trouver ailleurs ! j’espere que tout se passe bien pour toi et ton p’tit bout ! gros bisous

      Répondre

  2. le 3 octobre 2012 à 18 h 26 min Patrick écrit:

    Bonjour Pauline,

    Tiens, il y a des Karens en Thaïlande ? Je savais qu’il y en a en Birmanie (cf. le livre « L’Eternité dans leur coeur« )
    Je n’ai jamais mangé de vers, ni d’abeille, mais la Bible nous dit que Jean-Baptiste mangeait des sauterelles. Les Maag, missionnaires en Centrafrique ont déjà mangé des chenilles ! Je pense que ce n’est guère plus appétissant.
    Quoi qu’il en soit, que le Seigneur te bénisse et t’accorde beaucoup de joie dans ton « ministère » auprès de ce peuple.

    Répondre

    • le 5 octobre 2012 à 16 h 31 min paulinethailande écrit:

      Merci pour le message et les encouragements ! Oui il y a aussi des karens en Thaïlande, mais ils viennent de Birmanie, ça arrive encore aujourd’hui qu’ils vivent dans des camps de réfugiés et n’ont pas de nationalités… Mais certains se sont sédentarisés et vivent en Thaïlande depuis plusieurs siècles. Malgré tout ils vivent encore souvent grâce à leur propre ressource et exclue du gouvernement thaï…

      Répondre

Laisser un commentaire

aventureautourduglobe7 |
Underwaterblogtrotters |
Rutamayablog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marcetnath
| Lesaventuresdenineletsalu
| Ilotripnyc